Ex-Absentia

Miroirs d'émoi

27 juin 2012

Qui veut se souvenir doit se confier à l’oubli, à ce risque qu’est l’oubli absolu et à ce beau hasard que devient alors le souvenir.

Maurice Blanchot, L’attente l’oubli.

 

Je suis le moment d'oubli qui fonde la mémoire.
Je suis ce point de morne et suffocante réflexion, la projection instantanée d'une errance future et d'un mensonge mort. Chaque brûlure est un passage, une défaite approfondie. Au haut crucial où s'abolit la danse, l'expiation commence et l'acte nul. Mais de l'opération qu'ils impliquent et renoncent, j'augure ironiquement d'un orgasme définitif.
De ce mal qui s'étire dans la longue saignée des siècles, je suis l'exacte et pure abstraction.
- Le nœud d'asphyxie formelle.
Ignorez-moi passionnément ! 

Jacques Dupin, Le corps clairvoyant. 

 

Elle ne l'oubliait pas, elle oubliait. Il était encore pour elle, dans l'oubli où il avait disparu en elle, tout ce qu'il était. Et il l'oubliait aussi: on ne peut se souvenir de qui ne se souvient.

Pourtant, tout demeurait inchangé.

Maurice Blanchot, L'attente l'oubli.



Posté par prunelledesmots à 19:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Qui veut se souvenir doit se confier à l’oubli, à

Nouveau commentaire